• C'est quelque chose qui me tient beaucoup à cœur, parce que comme beaucoup de familles aujourd'hui, on était tombés dans l'excès. Les enfants avaient TROP de jouets. On n'avait pas consciemment voulu qu'ils en aient autant, mais ils se sont très vite accumulés : les jouets qu'on achetait pour les anniversaires et Noël, ceux qu'on nous offrait, ceux pour lesquels on craquait dans les magasins, ceux qu'on récupérait d'âmes généreuses qui avaient pensé à nos enfants, ... Et tous les jours, c'était la même scène : les enfants sortaient tous les jouets, ils jouaient quelques secondes avec, puis ils se lassaient. Et on se retrouvait avec un bazar monstre et des enfants qui ne savaient pas quoi faire.

    Un jour, j'en ai eu marre. J'avais l'impression de passer mes journées à ranger derrière eux, tout en sachant qu'il faudrait recommencer le lendemain. Alors, après m'être occupée des vêtements, je me suis attaquée aux jouets.

    On a été choqués de constater que la moitié des jouets qu'on gardait étaient incomplets, abîmés, ou cassés ! La moitié est partie à la poubelle, une autre moitié a été donnée à un "charity shop". On a gardé uniquement les quelques rares jouets avec lesquels ils jouaient régulièrement qui étaient en bon état. Pour se donner un but, on avait décidé que tous leurs jouets devaient rentrer dans un coffre. J'avais partagé cette image sur instagram :

     

    Être une famille minimaliste - 2. Les jouets

     

    Tous les jouets rentrent dans le coffre de gauche, donc. Enfin, tous, sauf le toboggan à voitures qu'on range généralement juste à côté. Et c'est sans compter les jeux de société et le matériel créatif, alors voici un petit tour complet de ce qu'on a à la maison :

     

    Je commence par l'intérieur du coffre : 

     

    Être une famille minimaliste - 2. Les jouets

    C'est tout en vrac à l'intérieur, mais au moins, les enfants savent où ranger leurs jouets ! Ils ont quelques déguisements, une poupée, quelques voitures, quelques aimants de construction, un lecteur CD, et d'autres petits jeux auxquels ils tiennent et avec lesquels ils jouent souvent. Car oui, miracle ! Depuis qu'on a grandement réduit le nombre des jouets, les garçons sont attachés à ceux qu'ils ont et jouent beaucoup avec. Ceux-là, on les garde, parce qu'ils servent.

     

    Voici le reste de nos jeux :

    Être une famille minimaliste - 2. Les jouets

     

    Ce que vous voyez sur l'étagère du haut, c'est le matériel créatif : peinture, feutres, crayons, colle, papier, ... Dans le tiroir du milieu, il y a les jeux de société pour lesquels ils sont encore trop petits. Dans le tiroir du bas, les jeux de société auxquels ils ont libre accès.

     Il y a aussi une douzaine de peluches éparpillées un peu partout dans la maison.

    Et c'est tout ! Maintenant, notre point faible, c'est la bibliothèque. On est tous FANS de livres. Je vous présente... (roulement de tambour...) la bibliothèque familiale ! 

    Être une famille minimaliste - 2. Les jouets

    Comme vous pouvez le constater, on a beaucoup de livres :) Mais ce sont des livres qu'on lit souvent et qu'on aime vraiment, et dont on ne veut pas se débarrasser. Aucun scrupule, on a fait le choix de garder uniquement ce qui nous servait régulièrement ; pour une autre famille il pourrait s'agir de jeux de construction, pour nous il s'agit surtout de livres. Et encore, on a quand-même bien réduit leur nombre, puisqu'on ne garde que nos préférés. On continue à faire le tri de temps en temps et on donne ceux qu'on ne lit plus (ou qu'on prend moins plaisir à lire) à la médiathèque.

     

    Tout ce beau petit monde (coffre à jouets, jeux de société, livres) se trouve dans notre salon. Alors, à quoi ressemble la chambre des garçons ? Je vous montre.

     

    Être une famille minimaliste - 2. Les jouets

     

    Être une famille minimaliste - 2. Les jouets

     

    Être une famille minimaliste - 2. Les jouets

     

    Bon, c'est l'état de la chambre quand elle est rangée :) J'ai le même modèle d'enfants que tout le monde : ils aiment éparpiller leurs jouets un peu partout. Par contre, même complètement en désordre, il nous suffit de cinq minutes pour la ranger à nouveau. On ramasse les livres (qui finissent souvent par terre), les pyjamas (qui s'envolent comme par magie), les coussins et les couettes (qu'ils aiment bouger pour faire des cabanes), et voilà !

    Nos enfants ne manquent pas du tout de jouets. Ils ont tout ce qu'il faut pour s'amuser. Ils aiment et prennent soin de ce qu'ils ont. Ils rangent facilement. Et comme la même règle s'applique pour les vêtements et pour les jouets ("un dedans, un dehors"), ils sont heureux de choisir un jouet à donner pour faire de la place à un nouveau. 

     

    Être une famille minimaliste - 2. Les jouets

     

    Vous êtes nombreux à m'avoir demandé comment avait réagi notre entourage... Je n'ai pas l'impression d'avoir eu de souci particulier à ce niveau-là. Au contraire, nos familles ont plutôt été contentes de soutenir ce choix de ne pas accumuler. Pour les anniversaires et Noël, on offre en général un cadeau matériel à chacun (si on sait que c'est quelque chose qu'ils veulent vraiment ou avec lequel ils prendront plaisir à jouer), quelques livres, et sinon on privilégie les cadeaux non matériels (sorties, expériences, tout ça.) Nos familles et amis aiment aussi leur offrir des cadeaux "temporaires", c'est-à-dire des cadeaux matériels qui ne dureront pas et donc qu'on n'aura pas besoin de garder (comme des autocollants par exemple).

     

    Et le bonus ? Les enfants ne s'ennuient plus !

     

    Être une famille minimaliste - 2. Les jouets

    On a une table hein ? Mais c'est bien plus rigolo de jouer par terre !

     

    La maison est beaucoup mieux rangée qu'avant, les enfants font plus attention à leurs affaires, ils rangent plus facilement, ils savent mieux s'occuper, ils ne réclament plus dans les magasins, ... bref, que du positif !

     

    On entend souvent des parents qui soupirent après une bonne séance d'ouvrage de cadeaux d'anniversaires, alors que leur enfant s'éclate avec le carton d'emballage et que le jouet qu'il contenait repose à côté : 

    "Ah la la... A quoi ça sert de leur offrir des jouets alors qu'ils s'amusent avec un rien ?"

    La remarque est souvent faite sur le ton de la rigolade, et pourtant, quelle vérité !

     

    Être une famille minimaliste - 2. Les jouets

    Pin It

    25 commentaires
  • Il y a deux ans, Mat et moi avons commencé un processus de désencombrement de notre maison. Il nous a fallu une année entière avant d'arriver à un point où on était satisfaits de ce qu'il nous restait. Enfin débarrassés des affaires qui s'empilent ! Aujourd'hui, on est heureux d'être devenus une famille minimaliste. On y trouve tellement d'avantages !

     

    - Plus de place

    - Moins de désordre (je vous rassure, le désordre existe quand-même avec 4 enfants, mais il est moindre !)

    - Plus rapide à ranger et à nettoyer

    - Moins d'argent dépensé

    - Et surtout, surtout, ça nous a libéré du temps pour profiter en famille !

     

    Souvent, quand on parle de minimalisme autour de nous, les gens sont étonnés et curieux. C'est vrai que la société d'aujourd'hui nous pousse tellement à consommer que c'est devenu normal d'avoir beaucoup (trop) et qu'on a du mal à imaginer un mode de vie différent. Je le sais, parce que c'était le cas pour nous il y a quelques années. Il y a beaucoup de choses dont on était persuadés avoir besoin, mais dont on ne remarque même pas l'absence maintenant. Finalement, beaucoup de ces "nécessités" n'étaient que du superflu...

    Comme le sujet a l'air de vous intéresser, je vous propose une petite série "Être une famille minimaliste" pour vous donner un petit aperçu de notre mode de vie et répondre à vos questions. Je commence en vous montrant notre dressing !

     Être une famille minimaliste - 1. Le dressing

     

    Eh oui, la totalité des habits de toute la famille rentrent dans ce dressing. Sur les photos, il ne manque que les habits qu'on portait et les quelques (peu nombreux) qui étaient en machine.

    Sachant que ce dressing comprend aussi les draps des enfants et les habits qui sont trop petits pour Nino et encore trop grands pour Eden (donc qui ne sont pas portés en ce moment).

    Chacun a un espace qui lui est dédié pour ranger ses habits, mais il arrive que les enfants se les partagent (Nino porte du 2 ans et du 3 ans, Ezra du 3 ans et du 4 ans, et William du 4 ans et du 5 ans.) Voici comment c'est organisé :

     

    Être une famille minimaliste - 1. Le dressing

     

    Quand on a commencé le tri l'année dernière, on s'est d'abord débarrassé des habits qui n'étaient plus à notre taille, de ceux qui étaient en mauvais état, puis de ceux qu'on portait rarement. La dernière étape (la plus difficile) a été de sélectionner encore quelques habits dont on pensait pouvoir se passer pour ne garder vraiment que nos préférés. Il ne faut pas croire que ça a été facile, mais on se rend compte aujourd'hui que ça nous a bien simplifié la vie. Et ça ne veut pas dire qu'on ne s'achète jamais d'habits ; on aime trouver de nouvelles pièces et on profite généralement du changement de saison pour s'acheter du neuf... Comme tout le monde finalement, sauf que chez nous le principe est clair : à chaque nouveau vêtement acheté, on se débarrasse d'un autre. On n'ajoute pas, on échange. Ca nous fait réfléchir sur nos achats ("est-ce que j'aime assez cette petite robe pour l'échanger contre la bleue ?") et ça nous évite de nous retrouver encore avec un tas de vêtements qu'on a à peine l'occasion de porter. Pour les enfants, c'est pareil !

    Et pour le linge : un panier par couleur (blanc, couleurs, noir) pour faciliter le passage en machine. Les machines sont moins fréquentes qu'avant. On reporte plus facilement nos habits avant de les mettre au sale (bon, avec les enfants, ils se salissent quand-même rapidement)

     

    Rien que pour vous, j'ai même fait un petit inventaire.

     

    Les garçons ont environ :

    - 6 pantalons

    - 10 t-shirts manches courtes et longues confondus (+ 2 chemises)

    - 5 pulls

    - 1 ensemble de sport

    - 3 pyjamas

    - 8 caleçons et 8 paires de chaussettes

    - + 2 salopettes pour Nino.

     

    Eden est celle qui a le plus de vêtements, parce qu'on la change plus fréquemment :

    - Une quinzaine de pyjamas

    - Une quinzaine de bodies

    - 2 collants

    - 2 robes

    - 2 ensembles

    - 3 pulls

    - 5 leggins / sarouels

    ... Mais d'ici quelques semaines, l'inventaire sera certainement différent... (C'est que les bébés grandissent tellement vite !)

     

    Voilà pour nous ! Je ne pense pas qu'il y ait un nombre spécial de vêtements à avoir pour se considérer minimalistes... L'idée est simplement de garder uniquement les habits qui sont portés régulièrement, assez pour pouvoir alterner entre les machines, mais pas plus.

     

    Vous en êtes où chez vous ?

    Est-ce que votre armoire déborde à craquer ou au contraire, vous contentez-vous du minimum ?

     

    Et de quel aspect du minimalisme aimeriez-vous que je parle la prochaine fois ?

    Pin It

    59 commentaires
  • Rêve aux lettres, vous connaissez ? C'est une aventure merveilleuse qui donne envie à votre enfant de lire et d'écrire en le faisant participer activement à sa propre histoire. Le principe est simple : en vous inscrivant sur le site, vous choisissez un abonnement qui vous convient et l'histoire qui sera envoyée à votre enfant par courrier. La personne qui envoie le premier courrier attend ensuite une réponse de la part de votre enfant, qui lui permettra de personnaliser entièrement la suite de l'histoire... et ainsi de suite jusqu'à la fin de votre abonnement !

    Le principe me plait beaucoup ; je suis une grande fan de livres et de tout ce qui incite les enfants à lire et écrire. William est TRES demandeur, il lit tout le temps et commence à déchiffrer quelques mots. Et comme nos enfants ne vont pas à l'école, on est toujours ravis de tester de nouvelles méthodes ! Alors cette année, on teste l'aventure Rêve aux lettres... et vous serez aux premières loges pour savoir ce qu'on en pense !

    (A noter que Rêve aux lettres est normalement destiné aux plus de 5 ans ; Will est officiellement encore un peu petit)

     

    Première étape : l'inscription sur le site internet. Au début, on renseigne des détails basiques : fille ou garçon, âge de l'enfant, son prénom... Puis, on a le choix entre deux histoires selon l'âge. Pour William, c'était "Mon royaume" ou "Ma réserve naturelle". Etant donné qu'il a tout juste 4 ans, on m'avait conseillé de choisir plutôt la seconde, plus adaptée aux plus petits. Ce sera donc la réserve naturelle de William ! Les options suivantes permettent de personnaliser quelques détails, c'est plutôt sympa :

     

    Rêve aux lettres

     

    (Bon, il a finalement changé son plat préféré en crumble aux pommes et pour le plat qu'il déteste le plus, il a choisi des épinards sans hésiter) 

     

    Il ne nous reste plus qu'à valider tout ça, et à attendre le premier courrier !

     

    PREMIER COURRIER

     

    Quelques jours plus tard, il est arrivé dans notre boîte aux lettres... William était ravi d'avoir du courrier à son nom et de découvrir tous les petits trésors à l'intérieur !

    Rêve aux lettres

    Une carte de sa réserve animalière, des vignettes à coller sur la carte, sa propre clé, un certificat à son nom, un badge, et plein de lettres !

     

    Ce n'est pas une personne qui lui a écrit, mais quatre ! Son nouveau petit copain Samy, le chef de la sécurité, la vétérinaire, et l'intendante. Toutes avaient plein de choses à raconter, et quelques questions à poser à William ! Il se trouve que suite à la disparition de l'ancien directeur du parc, c'est William qui a été nommé directeur à sa place. C'est donc à lui de prendre les décisions importantes et de diriger son petit personnel. Super ! J'avoue qu'au début, j'étais un peu méfiante, parce que j'avais peur que l'histoire tourne autour d'un zoo (alors qu'on est complètement contre)... Mais en fait, même s'il faut renvoyer les réponses au "service des courriers zoologiques", il s'agit à priori plutôt d'une réserve naturelle qui accueillerait des animaux réels et fantastiques. J'attends de voir la suite, mais j'ai été un peu rassurée après ce premier courrier.

     

     

    Rêve aux lettres

     

     

    William a répondu lui-même aux questions qu'on lui posait (c'est moi qui ai écrit pour lui sur le formulaire de réponses). Quelques exemples de questions : "Nous voulons vous offrir un animal de compagnie rien qu'à vous. William, quel animal de compagnie choisissez-vous ? Comment voulez-vous l'appeler ?" ou le petit Samy, 3 ans, qui lui raconte une blague et lui demande s'il en connait une autre... Ce à quoi William a répondu que c'était rigolo quand ses frères faisaient des prouts, mais passons. Je suis restée fidèle à ses paroles et c'est donc ce que j'ai écrit ; j'espère que Samy apprécie ce genre de blagues ! 

    En tout cas, ça a beaucoup amusé William de savoir que Samy avait fait exprès d'embêter Robert (le chef de la sécurité) parce qu'il avait essayé de lui faire manger des épinards... Alors que lui aurait préféré du crumble aux pommes, évidemment ;)

    William a aussi pris le temps de faire un beau dessin :

     

    Rêve aux lettres

    Il a dessiné un nouvel animal qui change de couleur tous les jours.

     

    Puis on a renvoyé le courrier, sans oublier de noter son nom de code... sans quoi la lettre risquerait de se perdre !

    William a reparlé pendant des jours de son parc, il en est très fier ! Vivement le prochain courrier :) (que je vous partagerai ici aussi !) En attendant, vous pouvez aller faire un tour sur le site internet Rêve aux lettres ou leur page Facebook !

     

    DEUXIÈME COURRIER

     

    Oh la la, j'ai tellement de retard dans la publication de cet article que j'ai presque honte de le publier... (Je ne dirai pas que j'ai déjà reçu le troisième courrier, non non, ce sera pour la semaine prochaine !) Bref, mieux vaut tard que jamais, alors : William a reçu son deuxième courrier !

    Comme la première fois, il était ravi de lire son nom sur l'enveloppe et a tout de suite deviné que la lettre venait de son parc animalier.

     

    Epopia (Rêve aux lettres)

     

    Il a eu d'autres autocollants à coller sur sa grande carte, qui représentaient les nouvelles personnes qui lui écrivaient. Panique cette fois-ci au parc Animali, la clé du parc a été perdue ! A William de décider s'il faut chercher le coupable, ou alors chercher du métal spécial dans les mines pour en fabriquer une nouvelle. C'était sympa de pouvoir regarder sur la carte où étaient les mines.

     

    Epopia (Rêve aux lettres)

     Pendant ce temps, Ezra se demande quoi coller sur la carte...

     

    Et bien-sûr, il a eu une réponse de son copain Samy, qui a trouvé sa blague rigolote, ouf ! Et lui a aussi envoyé une petite surprise...

    Epopia (Rêve aux lettres)

    Des graines de haricots ! Wahou, William était ravi d'apprendre qu'on allait les faire pousser, mais un peu frustré quand il a compris que ça prendrait quelques jours... Qu'à cela ne tienne, il a pris soin de sa petite plante tous les jours, et elle a bien grandi !

    Epopia (Rêve aux lettres)

     

    On n'a pas oublié de répondre au courrier et d'aller poster la lettre, avec un petit dessin en prime... La suite au prochain épisode !

    (P.S : vous avez peut-être remarqué que "Rêve aux lettres" a changé de nom et s'appelle maintenant "Epopia" - si vous êtes curieux, vous pouvez en lire la raison ici ! Quoi qu'il en soit, le concept reste le même :))

     

     

    TROISIEME COURRIER

     

    William a (enfin) ouvert son troisième courrier ! 

     Epopia (Rêve aux lettres)

     Comme d'habitude, le petit autocollant a mettre sur la carte...

     

    Cette fois-ci, beaucoup de bébés zébus sont nés au parc Animali et William a dû choisir entre agrandir leur enclos ou les déplacer vers de plus grands espaces. Il a aussi fallu décider du sort du pauvre monsieur blessé que Robert, Alan, et Samy ont rencontré en allant chercher du métal spécial dans les mines... (voir le deuxième courrier). 

    William a pris ses décisions et on a rempli le formulaire de réponse ensemble. Il y avait aussi d'autres questions plus générales, par exemple "Sais-tu comment se passent les naissances des bébés animaux ?" Je sens qu'on va apprendre plein de choses avec les prochaines lettres !

    Le courrier était rempli de petites surprises...

    Epopia (Rêve aux lettres)

    Un dessin de "Clam", le singe protégé de William ! Il était super content, parce qu'il avait demandé à quoi il ressemblait quand on avait envoyé le dernier courrier :)

    Il a même fini par le colorier !

    Epopia (Rêve aux lettres)

     

    Et comme vous voyez sur la photo précédente, une girafe en papier à construire... Bon, pour un enfant de 4 ans, c'était vraiment compliqué. Heureusement que papa est venu à la rescousse, mais même lui a mis pas mal de temps à la découper et demande votre indulgence par rapport au résultat...

      

    Epopia (Rêve aux lettres)

    Hihihi 

     

    Mais en tout cas, ça a beaucoup plus à William qui n'arrête pas de jouer avec !

    Merci Epopia et vivement le prochain courrier !

     

    QUATRIÈME COURRIER

     

    Ce mois-ci, William a fait la connaissance d'un nouveau personnage : Badoumba, le chef du village qui possède les mines que William dans lesquelles William voulait aller chercher le métal spécial pour fabriquer une nouvelle clé (voir courriers précédents). Mais en échange, Badoumba a besoin d'un service : ses chèvres sont très malades et il demande si William peut lui envoyer Séraphine, la vétérinaire du parc.

     

    Epopia (Rêve aux lettres)

    Le nouvel autocollant personnage à ajouter sur la carte !

     

    J'aime beaucoup le fait que chaque courrier réagisse aux réponses de William. On a vraiment l'impression qu'il dirige l'histoire, et Will est ravi d'en faire partie ! La dernière fois, il avait dit qu'il ne savait pas comment se passaient les naissances d'animaux, alors Sami lui a raconté comment ça se passait chez les éléphants, les kangourous, et les girafes.

    Il y a même des petits commentaires directs par rapport à ses réponses (par exemple "Vous avez bien fait de nous demander de continuer la mission. Nous avons bien failli tomber dans un piège !") Vous imaginez comme William est content de lire tout ça.

    On a aussi eu la bonne surprise de recevoir une carte éducative sur le rat taupe glabre, qui contient quelques informations intéressantes sur cet animal ainsi qu'une photo. On va pouvoir la garder !

     

    Epopia (Rêve aux lettres)

     

    Sami a aussi envoyé à William un coloriage magique adapté à son âge. Ici c'était donc très facile, mais j'imagine que les activités proposées varient en fonction de l'âge de l'enfant qui reçoit ces courriers...

     

    Epopia (Rêve aux lettres)

    (Bon, je ne vous montre pas le résultat final, puisque William a finalement décidé que c'était bien plus rigolo de repasser en rouge par-dessus...)

     

    Et comme d'habitude, on a complété le formulaire de réponse ! Cette fois-ci, William a dû choisir quel fourrage commander (les réserves de fourrage du parc ayant été inondées), décider s'il voulait envoyer Séraphine la vétérinaire pour soigner les chèvres de Badoumba, et raconter s'il s'était déjà blessé... ("Oui, c'était un truc très chaud dans le four qui m'a fait mal"). Il y a aussi toujours un petit espace pour raconter autre chose ou faire un beau dessin, selon les envies de l'enfant :)

     

    Epopia (Rêve aux lettres)

     

     

    CINQUIÈME SIXIÈME COURRIER

     

    Houlala, ça fait bien trop longtemps que je ne vous ai pas reparlé de notre aventure épistolaire avec Epopia ! Il y a d'abord eu un cinquième courrier, que j'ai complètement loupé puisque c'est Mat qui s'est occupé de le lire avec William et qui l'a renvoyé avant que j'ai le temps d'en voir la couleur... Puis le sixième, qui est arrivé début Décembre, mais que nous avons ouvert il y a deux jours seulement ! (Fin de grossesse, Noël, nouveau-né, tout ça...)

    BREF ! William n'avait pas pour autant oublié son parc et était toujours aussi ravi d'ouvrir son courrier. Apparemment, dans la correspondance que j'ai ratée, il y avait un problème de plante qui envahissait les prairies. Je ne sais pas ce que William avait décidé pour y remédier, mais on dirait que ça a marché, puisque les lettres précisent qu'elle a disparue.

    Comme à chaque fois lorsqu'on reçoit une enveloppe d'Epopia, on y trouve plusieurs lettres, un autocollant (qui correspond à un nouveau personnage) à coller sur la grande carte du parc que nous avons reçu au tout début, et quelques petits plus (cette fois-ci, une fiche descriptive sur un animal et un jeu labyrinthe). Chaque mois, il y a un nouveau dénouement, et l'enfant doit choisir comment y faire face. On aide William à lire ses lettres, puis il complète le formulaire de réponse qu'on renvoit à Epopia.

     

    Epopia (Rêve aux lettres)

     

    Quelques mois après le début de notre échange de courrier, voici mon avis :

     

    Les + 

    - Du courrier adressé à l'enfant, c'est quand-même chouette. William est toujours heureux de l'ouvrir.

    - Il y a souvent de petites expériences à tester.

    - On y apprend des choses intéressantes.

    - Si on est en retard dans le renvoi du courrier (no comment...), le parent reçoit un gentil mail de rappel dans sa boite mail (Parfois, il en reçoit deux... Je ne vous dirai pas comment je sais ça.) Pratique pour les parents un peu tête en l'air ou très occupés.

     

     

    Les -

    - Je trouve un peu dommage que les personnages ne réagissent pas plus à ce que William répond dans sa lettre. Ses décisions par rapport au problème du moment sont toujours prises en compte, mais moins ses dessins ou ses petits mots personnels. Bon, je reconnais que William est encore très petit et que ce qu'il raconte n'est pas follement excitant ("Je veux vous dire que j'aime dormir" ... voilà voilà).

    - Et même si William n'a officiellement pas encore l'âge que recommande Epopia (5 ans), je trouve aussi que certaines lettres sont un peu longues pour les plus petits. William sait lire, mais il y a beaucoup de lettres et beaucoup de texte, ce qui le décourage un peu. Pas grave puisqu'on est contents de lire les lettres avec lui, mais ce serait sympa d'avoir un service encore plus adapté aux plus jeunes. 

     

    Vous pouvez lire les avis d'autres familles abonnées à Epopia en cliquant ici !

     

    On attend le prochain courrier et on essaiera d'être plus rapides, cette fois !

    Pin It

    18 commentaires
  • Avis à tous ceux qui ne connaissent pas encore le portage :

    Le portage, c'est top !

     

    Si vous ne vous êtes pas encore lancés, je vous encourage vraiment à sauter le pas. Vous trouverez mille articles sur internet qui vous expliqueront les bienfaits du portage. Mais peut-être que vous connaissez déjà ses bienfaits, mais que vous avez peur de vous lancer, parce que ça a l'air un peu compliqué... Ou que votre bébé n'est plus un si petit bébé que ça (eh oui, ils grandissent vite !)... Vous serez peut-être tentés par le porte-bébé que j'ai eu l'occasion de tester :

     

    Le Kokadi Toddler

    ("toddler" signifiant bambin en anglais)

     

    J'ai testé le Kokadi Toddler

     

    Kokadi est une marque assez répandue dans le monde du portage, qui fabrique de superbes écharpes à la fois très solides et toutes douces... mais aussi des porte-bébés physiologiques, à partir de ces mêmes écharpes !

    Ici, c'est donc la version "toddler" que j'ai testée, faite pour de grands bébés : jusqu'à 15kg environ. Sur la photo, vous pouvez voir Mat (vous avez vu, il s'est fait couper les cheveux !) et Ezra, 2 ans. Parfait pour cet âge-là ! Autant je préfère les écharpes pour de petits bébés, autant je trouve les porte-bébés plus pratiques pour les plus grands.

    Celui-ci est très facile d'utilisation : hop, on clipe, et c'est fini ! Pas besoin de faire des nœuds ; il est facilement accessible même aux débutants :)

    J'ai testé le Kokadi Toddler

    Il est aussi vraiment confortable. Les bretelles et la ceinture sont bien rembourrées. Ça nous permet de garder Ezra sur le dos pendant une longue promenade en étant tout à fait à l'aise. Comme dit Mat, "c'est comme un sac-à-dos !"

    Un truc que j'aime beaucoup sur ce porte-bébé, c'est qu'on peut régler l'écart entre les jambes de l'enfant pour que ce soit parfaitement adapté. En plus, ce n'est pas compliqué : le tissu s'étend ou se regroupe le long de la ceinture et s'attache à l'aide de scratchs (c'est le même système qui existe aussi sur les Flips et les Taitais). Ici, j'ai testé avec Nino, 9 mois : 

    J'ai testé le Kokadi Toddler

     

    (Vous avez vu, moi aussi, je me suis fait couper les cheveux !)

     

    Bon, à neuf mois, il est encore un chouïa trop petit pour profiter pleinement du porte-bébé (le pan est légèrement trop grand au niveau de sa nuque). Par contre, pas de souci pour l'écart des jambes, j'ai pu le mettre d'un genou à l'autre sans problème.

     

    Il y a même une petite capuche pour protéger bébé du mauvais temps :) 

     

    J'ai testé le Kokadi Toddler

     

    On peut aussi rouler la capuche et l'attacher pour faire un petit repose nuque pour bébé (mais j'ai oublié la photo...)

    Et je ne sais pas si vous voyez bien le design et les couleurs, mais je vous assure que le porte-bébé est vraiment ma-gni-fique ! Il y en a d'ailleurs plein d'autres très sympas de la même marque - ça vaut le coup d’œil.

     

    Vous pouvez faire un tour sur le site de bébé Hibou pour voir tous les articles de la marque en cliquant ici. Mais je vous mets en garde, c'est difficile de choisir...

     

    Seul bémol : le prix, puisqu'il faut compter entre 100 et 169€. Bon, ça reste moins cher qu'une poussette, et surtout, c'est vraiment de la bonne qualité. Tous les tissus sont d'ailleurs entièrement en coton bio. Chez nous, il est largement rentabilisé, mais c'est sûr qu'il vaut mieux avoir envie de le porter régulièrement (pour ça, je vous fais confiance !)

     

    J'ai testé le Kokadi Toddler

    En tout cas, Nino approuve, il est top !

    Pin It

    6 commentaires
  • Il y a quelques temps, j'ai trouvé par hasard sur la page Facebook de Bertilloo. Comme je suis un peu curieuse, je suis allée faire un tour sur le site, et je suis immédiatement tombée amoureuse de leurs petits sarouels ! C'est donc avec plaisir que je vous présente aujourd'hui mon vrai coup de cœur vêtement de l'année.

     

    Mon coup de cœur vêtement de l'année : Bertilloo

     

    Parce qu'une image vaut mieux qu'un long discours, regardez moi donc ces petites merveilles :

      

    Mon coup de cœur vêtement de l'année : Bertilloo

     C'est trop beauuuu...

     

     

    Mon coup de cœur vêtement de l'année : Bertilloo

    Petits pandas !

     

    Mon coup de cœur vêtement de l'année : Bertilloo

     Ils font même des accessoires !

     

    On a testé les sarouels, et on est conquis ! 

    Déjà, le tissu est VRAIMENT beau (et doux). On pourrait passer des heures à le regarder ! Si vous me connaissez un peu, vous savez que j'aime les couleurs et que je regrette de ne pas trouver plus de jolis vêtements colorés pour garçons - c'est un pari gagné haut la main avec Bertilloo ! (Ils font aussi plein de choses pour les filles ; en fait, la plupart de leurs produits est unisexe)

    Mon coup de cœur vêtement de l'année : Bertilloo

     

    Le sarouel est aussi parfaitement adapté aux couches lavables de nos deux petits (mais ça va aussi très bien à notre grand-sans-couches).

    Sur le site, il est écrit qu'il s'adapte parfaitement à la taille de l'enfant. On a pu vérifier ça avec William (3 ans), qui porte aussi bien le 1-3 ans que le 4-8 ans. Le premier est plus serré mais il lui va encore très bien ! Un bon point pour la marque.

    Mon coup de cœur vêtement de l'année : Bertilloo

    "Les enfaaants ! Vous me montrez vos jolis pantalons ?" ... Bon ben voilà quoi.

     

    Un autre bon point, c'est que c'est une petite entreprise sans prétention mais avec de bonnes valeurs ; basée en Seine-et-Marne, elle emploie des couturières indépendantes (talentueuses). Tous les produits sont fabriqués en France avec des tissus bio et durables.

    Mon coup de cœur vêtement de l'année : Bertilloo

     

     

    On a eu un presque souci avec le sarouel de Nino, mais vite réparé. Après un gros pipi de bébé qui avait un peu fui, on a remarqué que l'encre noire de son pantalon avait déteint sur le jaune... Oups ! Mais après un passage en machine, nickel, on ne voit aucune tâche de l'incident et le pantalon est comme neuf :)

     

    Mon coup de cœur vêtement de l'année : Bertilloo

     

     

    Bref, à la maison, on est tous fans de ces magnifiques produits et on achèterait bien toute la boutique !

     

     

    Mon coup de cœur vêtement de l'année : Bertilloo

     

    Vous pouvez voir par vous même sur Bertilloo.com et aimer leur page Facebook ici :)

    Pin It

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique