• Le syndrome "je t'aime mais laisse-moi tranquille"

    Pin It

    5 commentaires
  • Pin It

    3 commentaires
  • Il y a deux ans, Mat et moi avons commencé un processus de désencombrement de notre maison. Il nous a fallu une année entière avant d'arriver à un point où on était satisfaits de ce qu'il nous restait. Enfin débarrassés des affaires qui s'empilent ! Aujourd'hui, on est heureux d'être devenus une famille minimaliste. On y trouve tellement d'avantages !

     

    - Plus de place

    - Moins de désordre (je vous rassure, le désordre existe quand-même avec 4 enfants, mais il est moindre !)

    - Plus rapide à ranger et à nettoyer

    - Moins d'argent dépensé

    - Et surtout, surtout, ça nous a libéré du temps pour profiter en famille !

     

    Souvent, quand on parle de minimalisme autour de nous, les gens sont étonnés et curieux. C'est vrai que la société d'aujourd'hui nous pousse tellement à consommer que c'est devenu normal d'avoir beaucoup (trop) et qu'on a du mal à imaginer un mode de vie différent. Je le sais, parce que c'était le cas pour nous il y a quelques années. Il y a beaucoup de choses dont on était persuadés avoir besoin, mais dont on ne remarque même pas l'absence maintenant. Finalement, beaucoup de ces "nécessités" n'étaient que du superflu...

    Comme le sujet a l'air de vous intéresser, je vous propose une petite série "Être une famille minimaliste" pour vous donner un petit aperçu de notre mode de vie et répondre à vos questions. Je commence en vous montrant notre dressing !

     Être une famille minimaliste - 1. Le dressing

     

    Eh oui, la totalité des habits de toute la famille rentrent dans ce dressing. Sur les photos, il ne manque que les habits qu'on portait et les quelques (peu nombreux) qui étaient en machine.

    Sachant que ce dressing comprend aussi les draps des enfants et les habits qui sont trop petits pour Nino et encore trop grands pour Eden (donc qui ne sont pas portés en ce moment).

    Chacun a un espace qui lui est dédié pour ranger ses habits, mais il arrive que les enfants se les partagent (Nino porte du 2 ans et du 3 ans, Ezra du 3 ans et du 4 ans, et William du 4 ans et du 5 ans.) Voici comment c'est organisé :

     

    Être une famille minimaliste - 1. Le dressing

     

    Quand on a commencé le tri l'année dernière, on s'est d'abord débarrassé des habits qui n'étaient plus à notre taille, de ceux qui étaient en mauvais état, puis de ceux qu'on portait rarement. La dernière étape (la plus difficile) a été de sélectionner encore quelques habits dont on pensait pouvoir se passer pour ne garder vraiment que nos préférés. Il ne faut pas croire que ça a été facile, mais on se rend compte aujourd'hui que ça nous a bien simplifié la vie. Et ça ne veut pas dire qu'on ne s'achète jamais d'habits ; on aime trouver de nouvelles pièces et on profite généralement du changement de saison pour s'acheter du neuf... Comme tout le monde finalement, sauf que chez nous le principe est clair : à chaque nouveau vêtement acheté, on se débarrasse d'un autre. On n'ajoute pas, on échange. Ca nous fait réfléchir sur nos achats ("est-ce que j'aime assez cette petite robe pour l'échanger contre la bleue ?") et ça nous évite de nous retrouver encore avec un tas de vêtements qu'on a à peine l'occasion de porter. Pour les enfants, c'est pareil !

    Et pour le linge : un panier par couleur (blanc, couleurs, noir) pour faciliter le passage en machine. Les machines sont moins fréquentes qu'avant. On reporte plus facilement nos habits avant de les mettre au sale (bon, avec les enfants, ils se salissent quand-même rapidement)

     

    Rien que pour vous, j'ai même fait un petit inventaire.

     

    Les garçons ont environ :

    - 6 pantalons

    - 10 t-shirts manches courtes et longues confondus (+ 2 chemises)

    - 5 pulls

    - 1 ensemble de sport

    - 3 pyjamas

    - 8 caleçons et 8 paires de chaussettes

    - + 2 salopettes pour Nino.

     

    Eden est celle qui a le plus de vêtements, parce qu'on la change plus fréquemment :

    - Une quinzaine de pyjamas

    - Une quinzaine de bodies

    - 2 collants

    - 2 robes

    - 2 ensembles

    - 3 pulls

    - 5 leggins / sarouels

    ... Mais d'ici quelques semaines, l'inventaire sera certainement différent... (C'est que les bébés grandissent tellement vite !)

     

    Voilà pour nous ! Je ne pense pas qu'il y ait un nombre spécial de vêtements à avoir pour se considérer minimalistes... L'idée est simplement de garder uniquement les habits qui sont portés régulièrement, assez pour pouvoir alterner entre les machines, mais pas plus.

     

    Vous en êtes où chez vous ?

    Est-ce que votre armoire déborde à craquer ou au contraire, vous contentez-vous du minimum ?

     

    Et de quel aspect du minimalisme aimeriez-vous que je parle la prochaine fois ?

    Pin It

    59 commentaires
  • Est-ce qu'il sait que je l'aime ?

    Pin It

    votre commentaire
  • Bonjour à tous !

     

    Vous avez été nombreux à me dire que la dernière BD vous avait beaucoup plu - merci merci merci ! Ca me fait très plaisir. (Pour info, elle est toujours disponible sur Amazon ou chez votre libraire préféré).

     

    Après une petite période de fatigue (fin de grossesse, accouchement, tout ça), j'ai repris du poil de la bête et je suis à nouveau hyper motivée pour sortir une autre BD... Mais je ne veux plus passer par un éditeur. J'ai donc choisi de me (re)lancer dans l'auto-édition ! Après une première aventure dans l'auto-édition il y a deux ans, durant laquelle j'ai pu compter sur votre soutien, je me sens prête aujourd'hui à retenter l'expérience. J'ai appris beaucoup, je ne me lance plus dans l'inconnu, mais avec une idée bien plus précise de ce que je souhaite. J'espère donc que le résultat sera à la hauteur !

     

    Mais avant que le livre voit le jour, il faut respecter quelques étapes :

    1. Cela va sans dire, mais il faut que je le termine ! Et j'ai bien tenu compte de vos remarques : la BD sera composée à 100% d'inédits (c'est-à-dire qu'aucun dessin du livre ne sera accessible via le blog ou la page Facebook, excepté les quelques extraits que je publierai pour vous donner une idée de mon travail). 

    2. Il faut que je trouve un imprimeur. J'ai commencé à chercher autour de moi et j'irai visiter des imprimeries bientôt pour demander des devis.

    3. Il faut financer l'impression des livres, ce qui a un coût. Pour cette étape, j'aurai besoin de vous ! Je lancerai une campagne de crowdfunding pour proposer à ceux qui le souhaitent de pré-commander la BD. Cela vous permettra d'être sûrs d'avoir votre livre (qui sera imprimé en quantité limitée) et d'être les tous premiers à le posséder. Il y aura aussi quelques petites surprises... Et vos pré-commandes me permettront de payer l'imprimeur pour mener ce projet jusqu'au bout.

     

    Et ensuite, je reçois les livres, je vous montre le résultat, et je vous les envoie !

     

    Pour le moment, je me fixe pour but d'avoir terminé les dessins et la mise en page fin Avril, pour lancer le début de la campagne de crowdfunding en Mai. L'idéal serait que le livre soit disponible mi-Juin. Je vais tout faire pour tenir ces délais, mais je vous demande un peu de compassion car, comme vous le savez, la vie de maman est bien remplie et parfois imprévisible ! Dans tous les cas, j'ai l'intention de vous tenir au courant régulièrement de l'avancée du projet.

    La BD... La suite ?

     

    (Petit, tout mini, extrait de la BD)

     

     

    J'aimerais beaucoup avoir votre avis sur ce projet ! Alors si vous avez deux minutes, dites-moi ce que vous en pensez. Qu'avez-vous particulièrement envie de voir dans le livre ? Si vous avez déjà la BD précédente, qu'est-ce qui vous a le plus plu ou déplu ? Est-ce que vous seriez intéressés pour pré-commander la BD lors du crowdfunding ? L'un des avantages de l'auto-édition, c'est de pouvoir réaliser le livre en "collaboration" avec ses lecteurs, alors... je suis toute ouïe !

     

    Pin It

    34 commentaires